Article

 

AVERTISSEMENT : Les articles ne sont pas obligatoirement dans l'ordre des années.

Toute personne ne désirant pas apparaitre sur un article peux le signaler au webmaster qui fera le nécessaire

.

2017

Article  Ouest France du 26/12/2017 

 

 

Je m'inscris

  • Alex Martinez-Piñero porte le maillot d’entraîneur de l’ALSS rink-hockey, à Saint Sébastien. | Ouest-Francue

Je suis originaire de Sant Cugat del Vallès, un petit centre à 15 km au nord-ouest de Barcelone. C’est là que j’ai commencé à jouer au rink-hockey, pendant huit ans, avant de jouer au FC Barcelona.

Le FC Barcelona est un club multisport avec de nombreuses sections. Le FC Barcelone, outre son équipe de football, compte quatre sections professionnelles : le basket, le handall, le futsal et le rink-hockey.

J’y ai joué comme hockeyeur professionnel pendant sept ans, tout en suivant des études de sciences et techniques des activités physiques et sportives (Staps) et de psychologie sportive.

À 25 ans, j’ai voulu rechercher une expérience de vie plus personnelle, d’où mon projet de jouer au rink-hockey à l’étranger. Je connaissais le club de Saint-Sébastien, ayant participé à une formation de goal. J’en avais gardé un très bon souvenir.

Après un contact avec Vincent Bertrand, j’ai su que le club cherchait un entraineur-coach. J’ai pu être recruté comme joueur au NARH (Nantes Atlantique rink-hockey), comme entraîneur coach à Saint-Sébastien, en 2016, et je participe aux animations sportives à Saint-Sébastien

S’enrichir en confrontant les cultures sportives

dans le cadre des extrascolaires.

 

Quand je suis arrivé, je ne parlais pas un mot de français. Apprendre, comprendre et parler la langue a été mon premier défi. Mes parents n’y croyaient pas. Mais en suivant des cours au Point Clé, avec l’aide de Claude Bretagne et Anthony Blin, j’ai fait des progrès. Partir de chez soi, habiter tout seul, il m’a fallu quatre mois pour m’asseoir.

Les cultures sportives française et espagnole sont différentes. En Espagne, le sport est une priorité. Chaque village a une ou deux salles de sports. Le sport y est plus festif, mais aussi plus professionnel.

Un joueur blessé continue à suivre les entraînements. Si le dimanche on perd, le lundi, on se remet au travail, car pour gagner, il faut bosser.

En France, le sport est davantage considéré comme un loisir. En Espagne, les parents payent, ils investissent dans le sport. En France, on a beaucoup plus de bénévoles. J’apprécie. Mais le niveau d’exigence vis-à-vis d’un professionnel ou d’un bénévole n’est pas le même.

Ce sont ces différences de cultures sportives que j’espère faire découvrir aux hockeyeurs sébastiennais, qui participeront à l’Iberink hockey.

 

2016

 

 

 

 

2014

 

 

1993

 

 

1998

 

 

.2008

 

2004

 

2002

 

2006

 

1995

 

2007

 



Réagir


CAPTCHA